Investissement locatif : 3 lois pour défiscaliser le nu

Vous avez décidé d’acheter un bien pour le mettre en location et vous vous demandez quelles sont les possibilités en matière de défiscalisation ? Découvrez trois dispositifs applicables si vous vous engagez à louer le logement nu.

Jusqu’à 21 % avec la loi Pinel

Si vous voulez profiter du dispositif Pinel, vous devez acquérir ou construire un logement neuf, ou effectuer des travaux transformant un logement ancien en neuf. Votre investissement sera récompensé par une défiscalisation pouvant atteindre 12, 18, ou 21 % du prix d’achat du bien concerné, à condition que vous vous engagiez à le louer nu en tant que résidence principale pendant au moins six ans et à respecter le plafonnement des loyers. Les zones concernées : celles où les logements manquent et où la demande est élevée, comme la Côte d’Azur et les agglomérations de plus de 250 000 habitants.

Les biens de caractère et la loi Malraux

Le but : réhabiliter des biens anciens de caractère. Pour y parvenir, l’Etat propose d’aider les propriétaires qui effectuent des travaux dans ce type de logement dans le but de les louer nus ensuite sur une durée de neuf ans minimum. Pour y avoir droit, il faut investir dans des sites remarquables couverts par un PSMV (Plan de sauvegarde et de mise en valeur) ou un PVAP (Plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine). La réduction d’impôts atteint les 30 % dans le premier cas et 22 % dans le second, ou si les rénovations sont déclarées d’utilité publique.

Louer abordable pour bénéficier de la loi Cosse

La loi Cosse, ou « Louer Abordable », remplace les dispositifs Borloo ancien et Besson ancien depuis le 1er janvier 2017. Elle permet aux propriétaires de bénéficier d’abattements supplémentaires (de 15 à 85 %) s’ils appliquent à leur bien un loyer plafonné. Si elle concerne les locations nues sur l’ensemble du pays, cette loi est renforcée dans les zones tendues, avec des déductions d’impôts calculées en fonction de l’importance de la pénurie de logements. Pour en bénéficier, il faut signer une convention avec l’Anah (Agence nationale de l’habitat) avant le 31 décembre 2019 et s’engager sur 6 ou 9 ans.